Cultures et confiture

La culture sous toutes ses formes, un brin d'actu et un peu de pep's ! **********************************************************************

19 octobre 2006

Brassens, new generation

brassens01_1_

Il y a 25 ans, Brassens disparaissait.
Les anniversaires étant très à la mode, Mercury a concocté récemment un album "hommage" intitulé
Putain de toi. Les interpètes s'appellent Pauline Croze, Grand Corps Malade, Olivia Ruiz, Bénabar...
Vous voyez le genre ? Vous avez tout compris.

L'album reprend 20 chansons - certaines bien connues, d'autres un peu moins - reprises, réadaptées, rebidouillées avec une orchestration que l'on peut qualifier de "moderne". L'auditeur version 2006 ne se satisfait pas d'un ensemble guitare-voix. Donc on bichonne l'auditeur version 2006 avec des arrangements bétons, gros comme des camions, histoire de lui rappeler la masse de progrès accomplis dans le domaine depuis 25 ans.

(On sous-estime assurément notre contemporain, tout à fait capable - le coquin - de swinguer sur des accords de guitare. Mais chutt ! Cela n'est pas porteur. Pas assez.)

Il faut être juste, certains artistes se sortent plutôt bien de l'exercice. Tanger et Keren Ann se jouent des rythmiques improbables et parviennent à imposer leur harmonieux duo; Carla Bruni s'amuse de ses suaves éraillements dans sa fameuse reprise de Fernande; quant à Tarmak, il semble avoir compris le sens des paroles qu'il interprète, ce qui n'est pas rien, quand on possède en prime une voix identifiable entre mille. (La ballade des gens qui sont nés quelque part).

Mais le côté obscur de la force est partout, y compris dans cet album. Difficile de ne pas se laisser noyer sous les orchestrations lourdingues - encore elles, d'affirmer son style face à des textes trop emblématiques ou tout simplement, trop éloignés de son univers personnel. Ainsi, Pauline Croze faiblit dans Les stances à un cambrioleur, quand Juliette, un peu trop Juliette, pas assez Juliette, défend de tout son coffre La complainte des filles de joie.

Alors pourquoi, me direz-vous (Vous le direz, n'est-ce pas ?) parler d'un album certes bien mignon mais pas foooollement réussi ?

Et bien juste pour rappeler qu'un type sur Terre a existé, qu'il s'appelait Brassens, qu'il avait une voix de seigneur ombrageux, un sourire d'enfant craquant, des mélodies à tomber (la difficulté de réorchestration est le signe de leur subtilité méconnue), une intelligence des mots, de la vie et de l'Histoire des hommes qui étonne, surprend et rassure aujourd'hui, plus encore qu'il y a 25 ans.

25 ans, c'est mon âge. Comme quoi.

Putain de toi
Hommage à Brassens

Mercury - Octobre 2006.

Posté par GinaFizz à 19:53 - Musica ! - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire