Cultures et confiture

La culture sous toutes ses formes, un brin d'actu et un peu de pep's ! **********************************************************************

30 octobre 2006

Fontaine, j'écouterai ton album

images_61_

Il paraît que Brigitte Fontaine est bizarre. Qu'elle n'assure pas face à Fogiel, qu'elle dérape lors des émissions de promo, qu'elle vire à la folie douce avant même d'avoir dit deux mots. Pour aller vite : Brigitte Fontaine passe mal à la télé.

Et bien figurez-vous qu'elle est excellente à la radio. Je le sais, je l'ai entendue ce matin (A voix nue, entre 11h30 et 12h). Cela se passait sur France Culture. A ceux qui se gaussent déjà, pensant que sur France Culture, la dame est nécessairement dans son élément, détrompez-vous.
Sur France Culture plus encore que chez Cauet, Delarue ou Nikos (de la Star Ac', pour ceux - existent-ils ? - qui y auraient échappé), Brigitte Fontaine aurait pu virer déjantée vite fait bien fait. On l'aurait comprise. A moins d'être rompu à l'art de ses émissions posées et réfléchies, cette louable station de radio n'est pas nécessairement une partie de plaisir. Pour ses auditeurs, mais surtout pour ses intervenants. Il faut jouer le jeu de l'intelligence, réfléchir (le plus souvent) en direct, suivre, relancer, inventer, créer des idées.
Des esprits brillants ont pu se casser le nez. Brigitte Fontaine, elle, tient le choc.

A l'occasion de la sortie de son disque, Libido, la chanteuse-écrivain-poète-comédienne (elle est douée en tout, qu'y peut-elle ?) a accepté de passer cinq fois trente minutes avec Tewfik Hakem. La rencontre a lieu dans un restaurant, on entend un vague brouhaha humain, le cliquetis régulier d'un briquet allumant une cigarette. Et au milieu, une Brigitte Fontaine brillante, lucide, très consciente d'elle-même et de ce que l'on attend de sa prestation. Evidemment, "on" attend qu'elle nous éclaire sur son inspiration, son enfance de sauvageonne heureuse à Morlaix, son rapport à la religion, ses premiers pas à Paris. A cela, Miss Fontaine répond. Sans se prendre les pieds dans le micro, sans s'agacer. Comme il faut, en somme. Sauf que ses réponses seraient inconcevables dans la bouche d'une autre. Que sa voix - avec son articulation à la fois flottante et distinguée - est déjà un petit plaisir d'écoute.

Il faut donner des exemples dans la vie, sinon on n'y comprend rien : qui (à part Patrick Sebastien et Bigard, mais ils s'y prendraient moins élégamment) pourrait expliquer, à 11h45 ce qu'est le priapisme ? Qui peut parler de sexe, d'homo et de libido sans s'enliser, même un peu ? Le plus gêné, s'il en faut un, était peut-être Tewfik Hakem. Par moment, à peine, pour la forme. Et encore : les restrictions que l'on s'impose sur France Culture relèvent peut-être du zèle, plus que de la nécessité.

Aujourd'hui, Libido sort dans les bacs et les Fnac. S'il est aussi agréablement fou que son auteur, il mérite d'être entendu.

    
Libido (Polydor)        0602498432204_1_
Sortie le 30/10/06

Brigitte Fontaine invitée d'A voix nue, sur France Culture.
11h30/12h jusqu'au 3 novembre 2006.

Posté par GinaFizz à 17:31 - Musica ! - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire