Cultures et confiture

La culture sous toutes ses formes, un brin d'actu et un peu de pep's ! **********************************************************************

08 novembre 2006

Lydie Arickx, la passion de la démesure

g_arickxportrait_1_

Cette femme au sourire éclatant s'appelle Lydie Arickx.
Elle est peintre et sculptrice depuis plus de 30 ans.
Ecole supérieure des arts graphiques après une jeunesse dans l'Oise, puis une carrière consacrée aux couleurs, aux pigments, à leurs mélanges, à leurs élans sur la toile.
Elle sculpte le béton, peint et dessine sur le papier, l'ardoise, le bois, la toile, les carnets d'écolier, les livres de messe (oui, oui).
Il lui est arrivé de se déchirer les mains en peignant (à la main, donc) de vastes papiers de verre.
Autant dire qu'elle n'a peur de rien. Ou alors, avec ferveur !

On pourrait penser que ses toiles n'expriment guère le bonheur, qu'elles sont torturées, assez compliquées. Pourtant, quelque chose laisse croire à la joie. Lydie Aricks, 1,60 m, cloue sur place par la force bizarre de son rire - vif, aigu, pas loin de l'enfance. Rien d'étonnant pour elle, qui aime la démesure, les tableaux géants, la musique en peignant. Ses couleurs nous le racontent.

Originaire des Landes où elle vit aujourd'hui, Lydie Arickx se passionne aussi pour la corrida (Comme beaucoup de gens du sud-ouest. Pas tous, mais beaucoup. La fête les y invite, on peut comprendre.).
Certaines de ses toiles évoquent donc l'affrontement du toro, l'allure du torero, les habits de lumières ou banderilles. Mais elle n'est pas, loin s'en faut, un peintre "régional". Sa vision de la maternité, des extases amoureuses, de la géméllité, révèle une véritable fureur de couleurs.

lydie2_1_                                                               

                                               g_arickx_58_1_

                                       

                                                                                                    arick_1_

Ces images donnent une légère idée. A peine une impression. Ses toiles les plus fortes sont visibles, unqiuement en vrai, actuellement à Paris. Et c'est tant mieux parce qu'elles demandent un regard véritablement présent. Il faut oser se mettre face à un mur, quand ce mur vous raconte les pires horreurs, ou bonheurs, ou étrangetés.

Lydie Arickx est exposée jusqu'au 23 décembre dans deux galeries de la capitale : Meyer Le Bihan (108, rue Vieille-du-Temple, 4e. Du mardi au samedi de 11 à 19h.) et Idées d'artistes (17, rue Quincampoix, 3e. Du mardi au samedi de 14 à 19h.)

En plus, tout cela se passe dans l'un des plus jolis quartiers de Paris.
Juste à côté, vous pourrez vous offrir des écharpes rayées de toute beauté.


Vous n'êtes pas tentés, vraiment ?

Posté par GinaFizz à 23:30 - Coups d'oeil - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    amie de Lydie

    bonjour je suis une jeune artiste j'ai connu Lydie entre 98 et 2001, je suis une amie de Baptiste et César. Je cherche le contact de lydie tel ou Mail. je suis actuellement sur l'ile de la réunion. merci de me répondre
    bizzzzzzzzzzz

    Posté par alice, 09 octobre 2007 à 08:18

Poster un commentaire